samedi 10 septembre 2011

Franck Andrieux : Ch'ti, comédien et bradeux

Par Marie Tranchant / Nord-Eclair.
dimanche 04 septembre 2011.

Vous avez sans doute déjà vu le Lillois sur les écrans, dans « Bienvenue chez les Ch'tis », « Plus Belle la vie », et bientôt dans « Présumé Coupable ».


(Photo © Ludovic Maillard)

Mais derrière le comédien Franck Andrieux, se cache un amoureux de la chine. Ce n'est pas comme si c'était sa première. C'est même un peu comme s'il avait baigné dedans depuis tout jeune. Pas que ses parents l'y aient emmené. Non, dès l'enfance, il se débrouillait tout seul. « J'ai grandi à Fives, raconte Franck Andrieux, je faisais les braderies de quartier, étant gamin. Ça a développé mon sens du commerce, c'était mon plaisir. » Depuis, ça ne l'a pas quitté et si le comédien lillois - il a joué dans Bienvenue chez les Ch'tis, Plus Belle la vie et sera à l'affiche de Présumé Coupable aux côtés de Philippe Torreton ce mercredi - tient ce week-end un stand en pleine Braderie de Lille, c'est que tout au long de l'année, entre deux tournages, il arpente les brocantes.
« Je suis un vrai chineur, sourit-il, j'adore farfouiller dans les brocantes, glaner des objets. Quand je m'en lasse, je les revends. Je suis assez passionné par les sculptures, les gravures, les petits meubles. J'entasse, jusqu'à ce que je vide la cave et le grenier. Je suis pour la circulation des objets. » Un peu comme si les objets avaient « une vie indépendante de nous ». Alors Franck ne s'attache pas, il transmet, il achète, il revend. « Je suis un collectionneur éphémère, explique-t-il. J'ai été passionné de BD quand j'étais petit, j'ai fait beaucoup de braderies de village avant de me lancer dans la "grande" il y a cinq ans environ. » Depuis, il loue un camion, le remplit de brics et de brocs, réserve son emplacement. Un vrai bradeux, en somme, installé cette année à côté de la Porte de Paris, après plusieurs années du côté de l'Esplanade. Sur son stand, des livres, des statues, de la vaisselle, des petits meubles, des « objets qui ont de la gueule », des magazines, des « vieilles chemises »... Et autour, des amis. Parce qu'au-delà de la chine, pour le comédien de 41 ans, « la Braderie sert de lieu de rendez-vous » : « Les copains passent, achètent un petit truc par soutien, c'est une autre façon de partager. »
Ce week-end, Franck goûtera aussi aux moules-frites, bien sûr, les meilleures, à l'Estaminet Gantois selon lui. Et à l'esprit de la Braderie, le vrai, celui qu'il déplore de voir disparaître. Car, comme beaucoup d'habitués de longue date, Franck Andrieux regrette l'époque où « on venait avec sa charrette, on déballait sur le trottoir, à la bonne franquette. On a perdu l'esprit du chineur, du bradeux, c'est devenu un peu un supermarché attrape-touristes. »
À l'époque, Franck se rappelle avoir pris sa voiture pour « faire les poubelles » vers 18 h, le dimanche, quand l'heure était au départ. « Entre deux tas de moules, j'ai trouvé de la belle porcelaine, des vases chinois, et l'intégrale des trois premières années du Journal de Mickey. » Une pépite que d'autres avaient abandonnée. C'était sans compter le regard du bradeux, le vrai, le collectionneur, l'amoureux des objets et de la chine !
http://www.nordeclair.fr/Sorties/Bons_plans/2011/09/04/ch-ti-comedien-et-bradeux.shtml

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire